Skip to main content
Non classé

FinOps d’Auchan Retail France: Entre performance et sens de la dépense

By 21 juin 2022juin 23rd, 2022No Comments

FinOps : entre performance
et sens de la dépense

Le FinOps fait partie intégrante de notre stratégie Cloud. Entre optimisation des coûts et économies à réaliser, nous trouvons notre équilibre entre dépenses nécessaires et recherche de performance.

Le FinOps, contraction de « Finances » et « Opérations », consiste en la supervision et l’optimisation des coûts pour les services et infrastructures Cloud. Compte tenu du virage bien engagé vers le Cloud, le FinOps est pour nous un élément indispensable d’une stratégie Cloud équilibrée entre performance et dépense.

Tagging progressif et suivi des coûts

Auchan Retail France a entamé sa transition vers le Cloud en 2015, quand la notion de FinOps n’existait pas encore. Mais avec l’augmentation progressive de la consommation Cloud, il a fallu trouver des moyens d’optimiser cette dépense.
À l’arrivée de Jérémie Allays en 2019, Responsable FinOps au sein de la DSI Auchan Retail France : « En l’absence de normalisation du tagging, Auchan n’avait pas une bonne connaissance de son parc cloud. Ce qui engendrait des dépenses superflues et c’est là que le FinOps intervient. L’objectif premier a été de diffuser l’approche FinOps au sein de la DSI, pour ensuite améliorer progressivement ce tagging. Un autre gros chantier a été la mise à disposition d’une calculatrice des coûts TCO (Total Cost of Ownership, ou Coût total de possession) et d’indicateurs de suivi des coûts, pour permettre une meilleure visualisation des dépenses réelles de l’ensemble des infrastructures. »

Une recherche permanente d’économies

L’optimisation du coût des ressources peut se faire soit par des mécaniques financières (engagements de consommation par exemple), soit par une adaptation au besoin “au plus juste”. Cette dernière méthode, le “rightsizing” consiste à mettre en adéquation la taille (processeurs/mémoire, capacité de calcul, …) et le besoin de l’utilisateur, tout en garantissant la performance des applications.
Il est aussi possible d’éteindre les machines sur certaines plages horaires, de fournir plus de puissance sur des périodes données, …
Toutes ces mécaniques, qui n’avaient pas de sens quand on achetait un serveur physique pour un projet donné, sont devenues primordiales dans une entreprise moderne où les ressources (machines et services) sont facturées “à l’utilisation” et à la minute près.

Des économies visibles et d’autres moins visibles

Le FinOps se retrouve aujourd’hui à de nombreux niveaux d’Auchan Retail France. Avec des résultats probants, comme le précise Jérémie Allays : « Il y a des résultats visibles et d’autres moins visibles. D’abord, l’approche FinOps d’Auchan a permis de faire des économies visibles de 25 % sur la facture totale du parc IaaS (Infrastructure as a Service). Mais grâce à la publication mensuelle des coûts du Cloud à toute la DSI (le “Journal FinOps”) les équipes gagnent en autonomie et adaptent elles-mêmes les infrastructures superflues. Grâce à cela, on peut estimer que le gain sur la facture Cloud est de l’ordre de 30 % d’économies. »

Des outils, mais pas que…

Dans un premier temps, le journal FinOps a permis à la DSI de se rendre compte des coûts réels du Cloud.
Dans un second temps, une interface a été mise à disposition des équipes avec un reporting des coûts en self-service. Pour les équipes, cette capacité à mesurer précisément leurs dépenses Cloud est une étape primordiale dans le FinOps, où tout est facturé à la demande.
Mais si les outils FinOps sont utiles, ils ne font pas tout, comme le souligne Jérémie Allays : « L’expertise et l’accompagnement restent nécessaires. Le FinOps a pour but de favoriser une bonne gestion globale des coûts d’infrastructure au sein des équipes : c’est de LEUR budget dont il est question, et l’optimisation de leur budget les aide à atteindre leurs objectifs. C’est donc dans ce cadre-là que nous avons créé un ‘club utilisateurs FinOps’ avec des représentants des différentes chaînes de valeur, qui remontent les besoins en termes d’indicateurs. Ce sont également des ‘ambassadeurs du FinOps’ auprès des chaînes de valeur. Le but est de diffuser le plus largement possible la culture FinOps et de décentraliser la responsabilité financière aux directions. Le tout en gardant une équipe centralisée avec un rôle de conseil et d’accompagnement. »

Recherche de performance et d’autonomie

Les objectifs à atteindre pour le FinOps au sein d’Auchan Retail France sont ambitieux : outre quelques 600 000 euros d’économies supplémentaires envisagées en 2022, un autre défi consiste en l’amélioration du tagging des ressources. Pour suivre la transformation de la DSI : « Il a fallu repenser le tagging. Actuellement, le taux de ressources taguées s’élève à 91,3%. Ça peut sembler élevé, mais en réalité, l’idéal serait de dépasser la barre des 99 % », précise Jérémie Allays.
« En outre, nous proposons des mécanismes qui permettent aux équipes de mettre en place leurs propres notifications de consommation Cloud. Cela les rend autonomes dans la gestion des ressources. L’utilisateur fixe ses objectifs, et si la consommation s’approche du seuil défini, une alerte est automatiquement envoyée. Toutes ces évolutions ont pour but l’amélioration de l’autonomie des équipes produits et des performances financières de l’entreprise. »

Donner du sens à la dépense

Le FinOps aide à donner du sens à la dépense. Lors du choix des ressources pour le développement d’un projet Cloud, l’idéal est de « commencer petit », et d’ajouter des ressources par la suite, au besoin. Jérémie Allays est partisan de cette approche : « Une tentation des services managés est d’opter pour des ressources trop puissantes et donc superflues. Mieux vaut commencer avec le minimum et augmenter la puissance par la suite, si nécessaire.
À mes yeux, il ne faut pas perdre de vue l’aspect écologique, car le FinOps est intimement lié au “Green IT”. Opter pour la bonne taille de ressources aide à limiter les émissions de CO2. Chaque bon choix posé peut sembler insignifiant, mais à l’arrivée, la différence en termes d’impact carbone à l’échelle d’Auchan Retail France est notable. »

C’est pas Versailles, ici !

Le FinOps est un métier qui demande une vision d’ensemble des concepts du Cloud, en plus d’une capacité à approfondir certains points techniques. Il n’y a pas de profil type : Auchan Retail France cherche plutôt des profils pluridisciplinaires, avec des connaissances dans les domaines data, hébergement, gestion et management, même s’il y a aussi des profils plus financiers. Il faut en outre de bonnes capacités de communication et d’adaptation, et une saine dose de pédagogie, pour aider à présenter les intérêts des différents outils et faire évoluer les mentalités.
Cette évolution des mentalités est d’ailleurs en bonne voie au sein d’Auchan Retail France : les équipes se rendent davantage compte de l’importance d’une bonne gestion des ressources Cloud. « En définitive, le FinOps est une question d’équilibre, de justes coûts », estime Jérémie Allays, avant de conclure : « On sait qu’Auchan Retail ne manque pas d’envergure, mais ça n’est pas Versailles pour autant.»

%d blogueurs aiment cette page :